Limiter le risque de vol de vélo

Limiter le risque de vol de vélo, c’est possible.
Pendant longtemps, j’achetais le cadenas que le vélociste voulait me vendre, arrivait ce qui arrivait. Je pouvais admettre de devoir racheter un vélo en moyenne tous les dix ans.
Et ce jusqu’à ce qu’une succession de vols rapprochés m’amène à étudier sérieusement la question de la protection du vélo.
Ma philosophie à l’issue de ma longue expérience et de cette réflexion :

Tout vélo peut être volé, à toute heure et en tout lieu, ou presque

– il n’y a pas de règle : joli vélo ou « vieux clou », tout est bon pour un voleur
– il est possible, néanmoins, qu’un vélo très « girly » ou très identifiable échappe à la malédiction
    voleur de bicyclette se dit plutôt au masculin
    les voleurs se feront repérer plus facilement s’ils roulent sur un vélo rose flashy…

Tout vélo mérite un bon antivol

ne pas tenir compte du prix d’achat du vélo pour investir dans sa protection
      la perte coûte toujours plus cher que le seul prix du vélo perdu
          perturbation d’emploi du temps
          taxi le cas échéant
avec le vélo, on perd s
es accessoires,
            le cadenas bien sûr,
mais aussi la selle, la sonnette,
la rénovation ou la personnalisation…

Où attacher son vélo ?

–  choisir avec soin où fixer son vélo
       éviter de le laisser directement devant certaines gares, devant un supermarché ou un cinéma : un peu plus loin, c’est plus prudent
       en effet, si on est observé, le voleur sait pertinemment qu’il dispose d’un moment suffisant pour agir
– attacher le vélo à quelque chose :
      un arceau,
      un poteau assez haut pour que le vélo ne puisse pas être enlevé par le dessus,
      les parties les plus robustes d’une barrière, qui risquent moins d’être sectionnées…

Laisser un commentaire