Vol de vélo

Le vol de vélo est un fléau, au point que cela dissuade certains de remplacer un vélo perdu ; dommage pour l’usage du vélo en ville, dommage aussi peut-être de perdre ce temps pour bouger gagné sur le temps de déplacement.
Perdre un vélo ainsi, évidemment, cela a un coût.
Se faire voler un vélo, c’est aussi une mauvaise surprise, désagréable, parfois un peu triste
– pas forcément parce que le vélo est récent mais aussi parce qu’il y a des vélos qu’on aime bien
      après tout, on a un rapport assez intime avec ce deux-roues
         il nous porte
         on finit par partager non seulement des kilomètres mais surtout des tranches de vie.
Pendant longtemps, ma moyenne était un vol de vélo tous les dix ans, ce que je pouvais accepter avec philosophie !
Les temps ont changé, la population des voleurs potentiels, aussi.

Pourquoi voler un vélo ?

  • pour l’opportunité : j’ai besoin d’un vélo pour tout de suite et maintenant, je veux offrir un vélo à ma copine, tiens, il y en a un… Une fois libéré de ses chaînes, je pars avec, je serai vite loin : le risque d’être pris sur le fait est très faible ; et la police a d’autres priorités ;
  • pour la valeur commerciale : pas mal, ce vélo, je vais pouvoir le vendre à bon prix… ailleurs, pour limiter les risques ; ou pour pas cher du tout, mais j’ai besoin de la somme tout de suite et maintenant
  • pour la valeur du poids du métal ! méfiez-vous notamment des emplacements proches des lieux fréquentés par les amateurs de drogues.

Comment voler un vélo :

vous observer
– si vous entrez dans un supermarché ou un cinéma, ou dans une gare avec un bagage, il y a des chances que vous n’en sortiez pas immédiatement
– sectionner le câble, le cadenas, faire sauter la serrure, notamment avec un coup de froid
Pour prendre conscience de la facilité du vol de vélo, allez voir sur internet « comment casser/ ouvrir un cadenas de vélo ou un anti-vol », sans clé /facilement, comment arriver à bout d’un antivol… C’est édifiant !

Même de jour ou sur des endroits très fréquentés, peu de chances que quiconque intervienne pour arrêter le voleur dans son action, très rapide, du reste ! Je parle d’expérience !

Et puis les accessoires :

Il y a aussi
– le vol des roues, de la selle, de la sonnette…

je me suis demandé longtemps s’il y avait un marché de la roue d’occasion. J’ai enfin compris, on vole une roue ou une selle pour compléter facilement un vélo laissé prudemment sans cette partie essentielle, souvent joli vélo de cycliste expérimenté !

– le vandalisme : le sectionnement des câbles de freins, le pneu crevé ou arraché : même observation…
      méfiez-vous, si l’un de ces accessoires essentiels manque, le vélo est de fait immobilisé ;
            le voleur peut revenir à un moment « tranquille » pour compléter son acquisition
            si vous voulez récupérer ce qui reste de votre monture, faites-le sans attendre !

Oui, je sais, ça tombe toujours mal, quand on n’a pas le temps !
Limiter le risque de vol de vélo, c’est possible.

Laisser un commentaire