Emporter ses affaires à vélo en ville

gros portage sur un porte-bagages de vélo

gros portage sur un porte-bagages de vélo

La voiture présente un avantage indéniable, elle se transforme facilement en vestiaire d’appoint, tout est fait pour y caser des bagages, avec un risque de vol, mais bon. Passer au deux-roues implique un peu d’organisation.
Comment s’équiper pour faire ses courses à vélo et en tout cas pour emporter son sac au quotidien ?
Pour transporter ses affaires à vélo en ville, plusieurs possibilités  :

Porter sur soi

Le sac juste à l’épaule est à proscrire, sauf pour un très court trajet : vous devrez monter l’épaule pour qu’il reste en place ! Et si le sac tombe sur le bras, vous risquez d’être surpris(e), déstabilisé(e).
Restent le sac en bandoulière et le sac à dos. Outre l’inconvénient du poids sur les épaules, les frottements finissent par faire boulocher la veste ou le manteau. De plus, cela fait transpirer, du moins quand il faut chaud.

Faire porter par le vélo

Il y a diverses façons d’emporter ses affaires à bicyclette, sans y adjoindre un équipement roulant supplémentaire, à l’avant ou à l’arrière.

  • accrocher des sacs directement sur le guidon :
    c’est souvent inélégant,
    s’ils sont un peu lourds ou volumineux, c’est surtout mal pratique et dangereux, car les sacs se balancent et vont cogner dans les roues, ils peuvent se déchirer…
  • fixer sur le guidon un panier ou un porte-bagage :
    c’est LA solution si on a un porte-bébé à l’arrière,
    ça rassure, car on a son sac sous les yeux,
    c’est commode car on accède facilement à son portable ou à ses gants, sans descendre de vélo
       mais une charge de plus de 5-6 kg est déconseillée : la direction est alourdie, ce qui est inconfortable pour tourner, voire dangereux
  • fixer un sac sur la barre horizontale, si vous avez un vélo « hommes »
    le cartable traditionnel peut s’y accrocher, mais il faut une épaisseur limitée pour ne pas être gêné(e) quand on pédale
  • utiliser un porte-bagages arrière :
    l’objection habituelle est la crainte du vol. Or l’expérience montre que ce risque est quasi nul, contrairement aux idées reçues.
    Même avec le système d’attache le plus basique, c’est-à-dire le sac fixé par des tendeurs, en des dizaines d’années de pratique,
    je n’ai jamais subi ni entendu parler de vol de bagage attaché ainsi
    mais il y a plus rapide que la fixation des tendeurs :
    – les sacoches sur les côtés,
    mais si vous les laissez en place il peut arriver qu’elles soient volées ; expérience vécue (coucou, Mireille) ! 
    si elles ne sont pas fermées ou si le bagage dépasse sans être sécurisé , là aussi, un risque de vol (expérience, expérience …)
    – y fixer un panier pour y poser son sac, mais il faut le sécuriser
    sinon, comme dans une sacoche ou un top case non fermés, il se vole facilement.

La solution de CYCLAMELLE ®

Le Chic du Chic, le sac ARTEMISIA de CYCLAMELLE tout en cuir. Beau sous le bras, à l’épaule ou en bandoulière, il se fixe de surcroît en un clic sur un porte-bagages.
Une condition : il faut fixer, par 4 vis – facile, je l’ai fait ! – la
plaque de fixation KLICKFIX GTA ou un autre système compatible.
Pour libérer le sac, ou tout autre accessoire d’ailleurs, il faut accéder à une zone entre la tige de selle et le sac, sous soi, donc. Pratiquement impossible que cela arrive à votre insu, même à l’arrêt au feu. Sur de nombreux kilomètres dans les quartiers les plus divers, je n’ai jamais subi la moindre tentative de vol de mon sac ARTEMISIA. Plutôt des remarques d’autres cyclistes, ne comprenant pas que le sac était bel et bien fixé et sécurisé.
Pour être tout à fait sûre, il suffit de passer la bandoulière autour de la tige de selle. Et, pour les plus angoissées, de faire un tour de clé pour bloquer le clic qui libère la fixation.

Laisser un commentaire